Le coin littéraire

À l’heure actuelle où le coronavirus se propage à grande vitesse dans le monde et en ces moments de panique générale, je propose de retourner aux enseignements des œuvres de fiction en temps de pandémie.

Ces œuvres peuvent nous aider à mieux comprendre les réactions humaines et sociales, mais aussi à saisir et à gérer nos propres craintes. Il faut comprendre que  la symbolique du mal absolu et de la terreur puise son origine dans un imaginaire ancestral et collectif.

Œdipe roi de Sophocle

La peste -Albert Camus

L’amour au temps du choléra – Gabriel García Márquez

Le hussard sur le toit – Jean Giono

La mort à Venise – Thomas Mann

La quarantaine – J.M.G Le Clézio

Journal de l’Année de la peste – Defoe

La dame de Compagnie – Louise Phaneuf

Choléra – Joseph Deltei

Le juif errant – Eugène Süe

Mémoire d’outre-tombe – Chateaubriand

Les misérables – Victor Hugo

2 Replies to “Littérature et pathologie”

  1. Oui. On peut ajouter utilement « Surveiller et punir » de Michel Foucault où il explique comment la propagation de la peste avait permis aux États d’imposer des dispositifs disciplinaires : « Chacun est arrimé à sa place. Et s’il bouge, il y va de sa vie, contagion ou punition. » Et « Le rapport de chacun à sa maladie et à sa mort passe par les instances du pouvoir, l’enregistrement qu’elles en font, les décisions qu’elles prennent. » Anticipation des crises, répartition des moyens, démocratie telles sont les éléments en jeu et les questions philosophiques à poser. Merci à vous pour votre blog.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :